LA MACHINE
A PUNCHLINE

Avec ce petit tuto, AgoraLab met 20 ans d'expérience du médiatraining au service des causes communes.

- - - -

[SPOILER]
Le secret tient en 5 lettres :

O P I U M

Actionne la machine à punchline
et prépare-toi à refaire le monde...

O

comme

OBJECTIF

VISE UN EFFET PRECIS SUR UNE PERCEPTION OU UN COMPORTEMENT

Pour Démosthène, “les paroles qui ne sont suivies d’aucun effet sont comptées pour rien”. La plupart des hommes et femmes politiques l’ont bien compris. Comme les leurs, tes interventions doivent viser un effet précis sur la perception ou le comportement de ton auditoire… Avant de penser à ce que tu vas dire, fixe-toi un objectif atteignable et mesurable en la matière.

Pour commencer, sur un bout de papier ou dans ta fiche opium, précise ton objectif en complétant la phrase suivante:

"Je serai satisfait(e) si ceux qui m'écoutent ressentent (ou font)...
___________________________________
___________________________________
___________________________________

P

comme

PUBLIC

PARLE A TON AUDITOIRE
DE CE QUI L'INTERESSE:
LUI !

Montaigne écrivait que “la parole est moitié à celui qui parle, moitié à celui qui écoute”. Les orateurs modernes te le diront aussi. Il faut parler à son public de ce qui l’intéresse : lui ! Les lois de proximité ci-dessous t’aideront à identifier les bons angles et les meilleurs leviers pour toucher ton public.

Pour trouver l'angle par lequel aborder ton sujet, imagine une personne représentative de ton public (âge, sexe, situation sociale…) et écris ta réponse à la question suivante:

"Avec ses propres mots, comment mon public-type décrirait-il la façon dont ma cause le touche au quotidien ?
___________________________________
___________________________________
___________________________________

I

comme

IMAGE

PARTAGE UNE EMOTION SINCERE POUR DONNER CORPS A TES MOTS

Pour Paul Valéry, "le naturel n’existe pas, il s’acquiert". Le para-verbal et le non-verbal constituant 80% de la trace que laisse une intervention publique, un interviewé avisé saura activer la corde d’une émotion sincère pour donner corps à ses mots.

Puisque c’est le plus important pour faire entendre la "petite musique" de ta cause, choisis l’émotion qu’on devra lire sur ton visage en répondant à la question ci-dessous:

“Qu’est-ce que je ressens vraiment et que je dois partager avec mon public-type pour atteindre mon objectif ?
Enthousiasme
□ Indignation
□ Volonté
□ Tristesse
□ Gravité
□ Etonnement
□ Confiance
□ Peur
□ ____________

U

comme

UTILITE
COMMUNE

DEMANDE-TOI CE DONT LE (OU LA) JOURNALISTE AURA BESOIN

"Si je parle à quelqu’un, [ ] l’autre n’est plus un ennemi : il devient un partenaire". Cette citation de Jean Guitton s’applique parfaitement au journaliste : le "bon client" aura su s’accorder avec lui pour créer les conditions d’un échange gagnant-gagnant… Mets-toi à la place du journaliste pour l’aider à faire de ton message un bon "produit d’information".

Au-delà de ton engagement et de l’intérêt de ta cause, pour être repris/relayé par les médias, ton message doit apporter un vrai contenu informatif (en lien avec le vécu de ton public-type). Pour l’étoffer, tu peux, par exemple répondre à la question suivante:

"Quelle histoire étonnante
ou quelle action originale
puis-je raconter autour de ma cause?
___________________________________
___________________________________
___________________________________

M

comme

MESSAGE

CONCENTRE ET ILLUSTRE TON MESSAGE POUR LE RENDRE VIVANT ET MEMORISABLE

Au moment de construire ton message, repense à cette phrase de La Rochefoucauld : "l’éloquence consiste à dire tout ce qu’il faut et à ne dire que ce qu’il faut". Un bon orateur sait qu’il faut concentrer et illustrer son propos pour le rendre vivant et mémorisable. C’est tout un art de structurer ses arguments, de les renforcer par des faits… et du ressenti.

Avant de te lancer dans la rédaction de ton message, relis attentivement ce que tu as écrit sur ta feuille de papier ou dans ta fiche opium...

Alors seulement, commence à te raconter mentalement l’histoire/action réelle (U)
liée au vécu de ton public-type (P)
et que tu aurais envie (I)
de partager avec lui pour atteindre
l’objectif que tu t’es fixé (O).

A toi de jouer !
Maintenant, écris-la avec des mots simples en précisant ce que tu en déduis personnellement.
Le tout en moins de 280 caractères...
___________________________________
___________________________________
___________________________________

En voilà une belle punchline !

ET SI ON SE REPRENAIT UNE PETITE DOSE ?


+ d'OPIUM

Une dernière astuce pour la route...

Envisage chacune de tes prises de parole comme une fusée à trois étages !

Pour aller plus loin, il y a certainement un atelier qui correspond à tes besoins...

Booster ses
interventions publiques ?

Etre à l’aise avec
son image ?

Organiser/animer une
réunion publique ?

Garder la main
en interview ?

Co-construire des
éléments de langage ?

S’entraîner au
débat contradictoire ?

Se préparer à…
improviser ?

Gérer sereinement
les conflits ?

Maîtriser ses
relations presse ?

Faire face à
la crise ?